Jolie Jozi

Mois : mai, 2012

Sanguine

Ouhlala… Je n’étais pas beaucoup là ces temps ci. Je pourrais dire que c’est la faute au travail (pas faux), mais il faut que je vous avoue qu’en plus du travail je me suis offert une petite escapade de dix jours en Europe. J’avais plein d’envies de shopping couture. Heureusement pour mes finances, je suis partie avec une toute petite valise, et elle s’est vite remplie de livres, sans aucun rapport avec la couture. Mais, bon, le dernier William Boyd était trop tentant, tout comme les trois (!) volumes de Murakami. Et puis j’avais envie de relire les Misérables. Bref, tant pis pour la couture.

Il faut dire aussi que je n’ai pas eu de véritable coup de cœur. J’ai donc rapporté de Paris quelques mètres de biais vichy gris anthracite, du gros croquet orange sanguine (les deux à la mercerie Moline, au marché Saint-Pierre), un mètre ruban trop cute à tête de panda de la mercerie Reine (marché Saint-Pierre aussi), et ce livre qui me faisait de l’œil depuis des mois : La Coupe à plat de Jeanne Kolifrat (Éditions l’Inédite). Les illustrations ne sont pas vraiment à mon goût, mais les explications sont lumineuses. Et petit à petit j’avance vers des créations plus personnelles. En plus Jeanne Kolifrat a été costumière sur La Reine Margot. Bon, je vous épargne les photos extatiques de Vincent Perez, mais quand même, les costumes dans La Reine Margot, c’est quelquechose.

Ensuite, direction Londres. Je me suis bien amusée : d’abord il y a le plaisir d’être scandalisée par les prix affichés par Liberty dans leur magasin de Soho (C’est plus cher qu’à Paris). Ensuite parce que la balade dans les jolies boutiques de Berwick Street, à Soho toujours, vaut le détour. Enfin, grande aventure jusqu’au marché de Walthamstow, dans la banlieue nord de Londres. Je n’ai rien trouvé à rapporter (Oriental Plaza à Johannesburg est tout aussi bien achalandé, et moins cher. Vive la communauté indienne d’Afrique du Sud !)

Bref, me voilà rentrée, et je n’ai pas eu le temps de coudre grand chose. Une petite jupe toute simple, modèle Lili de Citronille, en taille 38, couleur orange sanguine. Je pense que c’est le premier patron que j’ai acheté. Maintenant, avec mon livre, je pourrais le faire toute seule…

A la place du bouton, j’ai rallongé la ceinture pour en faire un lien à nouer, j’ai coupé la jupe au genou (est-il besoin de préciser que c’est du Shwe-Shwe ? Arthur Bales à Linden) et mis un croquet en bas, avec faux ourlet en dentelle orange (de mon stock, et je suis bien contente de l’avoir utilisée celle-là, parce que ce n’était pas évident)

Hhmm. C’est bon de rentrer.

Eish, I wasn’t around that much these days, was I ? I could blame it on work (partly true), but I must confess that I’ve been in Europe for a ten days vacation. I was ready to shop. Fabric and haberdashry shopping, I mean. Fortunately for my bank account, I left with a very small suitcase, and soon enough it was full of books. And there I mean real books. I couldn’t resist the latest William Boyd, or the latest three volumes (!) by Murakami. And I wanted to read  Les Misérables again.

PlusI didn’t really fall in love with any item. So I just bought in Paris a few meters of grey gingham biais, some large orange ric-rac (Moline, Marché Saint-Pierre) a very cute looking panda bear tape measure (Reine Marché Saint-Pierre), and this book that I was looking for for some time now : La couture à plat by Jeanne Kolifrat (Éditions l’Inédite). I don’t really fancy the illustrations but the text is so clear ! And it will allow me to create more personal outfits. I must add that Jeanne Kolifrat has been working on La Reine Margot set. Ah ! La Reine Margot !

Then I headed to London. I had so much fun : first because it’s fun to feel outraged at the prices at Liberty’s. Shame ! They are so high ! (more expensive than in Paris. Ttt…). then because I made a lovely walk in Berwick Street in Soho. then I took the overground to Walthamstow market but couldn’t find anything interesting (Oriental Plaza in joburg is really an amazing place. Tribute to the Indian South Africans!)

Now, I am back, and I had hardly no time to sew. Just a very simple skirt, pattern Lili from Citronille (honestly, I could make the same with my new book), size 6.It’s pink, but it’s orange a well (so, blood  orange ?). I’ve skipped the button and replace it by a longer belt than I can tie in a bow (oh, by the way, it’s made from Shwe-Shwe, Arthur Bales in Linden). I’ve added ric-rac plus a hem made from orange lace from my stash (and I am oh, so happy I’ve used it because I really could find it any utility)

Hhmm. Feels good to be home.

Publicités

Toi mon toit

Me voilà de retour à la maison, ouf ! Je peux enfin vous montrer ma Philadelphie Teen, de C’est Dimanche doublée d’un jupon bordé de dentelles.

Ok, discrète la dentelle. Le revival 80’s, faut assumer à mon âge. Bon, coton noir à pois écrus, Oriental Plaza, biais en satin écru et jupon écru de chez Arthur Bales à Linden, boutons en corne de ma grand-mère et ruban en dentelles du quartier de Woodstock au Cap.

Pour le jupon, j’ai suivi à peu près les conseils gentiment donnés par Autant en emporte l’Automne : juste froncé. Pour le sien, elle a multiplié par 1,5 la circonférence de la jupe à l’ourlet, mais mon tissu venait dans une largeur inférieure. J’ai donc utilisé toute la largeur disponible. Je pense qu’au final, j’ai donc multiplié par 1,20, et ça roule.

J’en profite pour vous montrer mon petit poisson en pierre, rapporté du Zimbabwe. Il va me servir de poids à poser sur mes pièces de patron, quand je les reporte sur le tissu. Je trouve cela plus fiable que les épingles.

Et maintenant les Françaises vont comprendre le titre de mon post aujourd’hui : années 80, petit poisson, Toi mon toit… Ca y est, vous avez Elli Meideros en tête pour la journée ? Merci qui ?

Eh! I’m back home ! So I can finally show you my Philadelphie Teen skirt (C’est Dimanche) with a lace lining. Ok, very little lace, and I know this is a 80’s revival and I must live with it, but just give me some time… So, off-white dotted black cotton, from Oriental Plaza, off-white satin biais and off-white lining from Arthur Bales in Linden, horn buttons from my grand-mother’s stash and lace ribbon from Woodstock in Cape Town.

For the lining, I’ve followed the instructions Autant en emporte l’automne kindly gave me : I’ve just gathered the fabric. I’ve measured the skirt’s circonference at the hem, then multiplied it by 1,2. And here we are !

I take the opportunity to show you my stone fish from Zimbabwe. I think I’ll use it as a pattern weight. And now, only french people will understand why this post is called Toi mon toit. Here are some clues :80’s, small fish… It refers to a huge hit back then, by Elli Meideros. Go and listen to it on Youtube, and sing it all the day through !